mercredi 29 mars
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > Equipe de France > Euro : bis repetita pour l’Espagne

Euro : bis repetita pour l’Espagne

vendredi 23 septembre 2011, par patnba

La France était vraiment sur la montante, mais elle s’est heurtée à une Espagne qui a dominé son sujet. Et qui a passé une ardoise de 98 points à une des meilleures défenses de l’Euro. Pas une mince affaire.

JPEG - 36.6 ko
L’équipe de France
donne rendez-vous aux JO de Londres

Les Bleus de Tony Parker avaient promis de tout faire pour être champions d’Europe. Ils en ont sûrement l’étoffe, mais cette fois-ci encore l’Espagne évoluait sur une autre planète. Les Français auront fait l’élastique assez longtemps, mais la Roja reprenait toujours ses distances sur les ailes de ses joueurs d’expérience (Navarro et Pau Gasol). Tony Parker et ses partenaires auront bien résisté au final (98-85), limitant l’écart au maximum, mais la messe était dite depuis longtemps.

Les Espagnols sont vraiment une équipe hors normes. N’a-t-elle pas inquiété jusqu’au bout la Dream Team, en Chine, aux derniers JO de 2008 ? Et quand on sait qu’elle a adjoint à son équipe déjà forte un joueur de la trempe de Serge Ibaka, membre du cinq majeur d’Oklahoma City (NBA)... Ceci la place très très haut dans la hiérarchie non seulement européenne, mais même aussi mondiale.

France : objectif Londres 2012

Les Français, quant à eux, peuvent voir la vie en rose avec le groupe qui vient de naître. Oh ! bien sûr, Parker a bénéficié de circonstances favorables cette année (il a été éliminé très tôt avec San Antonio des play-offs). Ce qui lui a permis d’arriver frais à l’Euro. Quand on y repense, la France était vraiment mal partie avec les forfaits de Mike Pietrus, Rony Thuriaf, Antoine Diot, Fabien Causeur... Vincent Collet a dû rappeler des joueurs en catastrophe : Kahudi (qui s’est révélé), Tchicamboud (dit l’Escroc). Pour un Euro qui partait mal, la France s’est plutôt bien rétablie.

Forcément, quand une équipe termine sur le podium, les satisfactions sont nombreuses. Et à tout seigneur, tout honneur : il termine parmi les meilleurs marqueurs de la compétition, mais ce n’est pas une surprise, Tony Parker a eu l’honneur aussi de figurer dans la meilleure équipe du tournoi avec les Espagnols Navarro, P. Gasol, Kirilenko et McCaleeb. Immédiatement derrière, un joueur qui progresse régulièrement et qui va arriver à maturité, c’est Nicolas Batum, l’un des piliers maintenant de l’équipe. Un autre aussi qui a joué sa première compétition pour le team France, Joakim Noah : pivot défensif (quelle férocité au rebond !), ce dernier, s’il progresse au niveau scoring, peut devenir une pièce maîtresse, au même titre que TP.

Pour son activité au rebond, même s’il a eu du mal à démarrer son tournoi, Florent Pietrus. Un joueur qui mériterait d’avoir plus de temps de jeu en club. Une bonne surprise aussi et qui est monté en température au fil du tournoi, Nando de Colo : un perforateur de défense, shooteur parfois et qui a enfin trouvé sa place au sein du collectif après plusieurs matches décevants. Au relais de Joakim Noah, Kevin Séraphin a prouvé qu’il n’avait pas été choisi par Washington pour rien. Toujours à l’intérieur, mais dans un autre registre, un rappelé de dernière minute : Traoré, précieux, non pas pour sa défense (son point faible), mais par la justesse de ses tirs main gauche en crochet. Un Manceau s’est lui aussi révélé par ses qualités de shooteur, de défenseur et de déménageur : Kahudi. Après s’être révélé la saison dernière dans la Sarthe, il devrait éclater en équipe de France prochainement.

Et on allait l’oublier, mais il fut peut-être un peu plus en retrait que d’habitude du fait de l’émergence de nouvelles têtes : Boris Diaw. Il a fait du Diaw, quoi, présent partout, mais sans être vraiment décisif. Avec cette liste, non exhaustive, la France peut rêver à d’autres podiums. Pourquoi pas à Londres en 2012 ?

Le résumé du match :

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo