lundi 20 février
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > Equipe de France > Euro 2005 : Les Bleus définitivement rassurés

Euro 2005 : Les Bleus définitivement rassurés

dimanche 11 septembre 2005

L’Equipe de France a remporté hier soir le tournoi de Limoges en écrasant la Turquie 75-56. Très impressionnants en défense, les Français ont confirmé face à la Turquie ce qu’ils avaient laissé entrevoir face à la faible équipe bulgare. Avec cette démonstration, les Français tirent les fruits du travail effectué depuis le début de la préparation.

Handicapé par le réveil de sa blessure au mollet, Cyril Julian a du déclarer forfait et laisser sa place dans le cinq majeur à Jérôme Schmitt. Aggressifs d’entrée, les Français ne laissent pas leurs adversaires profiter de leur avantage de taille dans la raquette. Ils défendent collectivement avec beaucoup d’efficacité et ne laisse aucun espace aux shooteurs turcs. De l’autre côté du terrain, les joueurs français jouent vite et exploitent au maximum leurs qualités athlétiques. Boris Diaw, Mickaël Gelabale et enfin Tony Parker, auteur de 10 points dans le premier quart, font tour à tour sauter le verrou mis en place par Bogdan Tanjevic. Comme en plus d’être bien pris en défense, les Turcs sont maladroits et visiblement pas dans un bon jour, l’écart grimpe rapidement. Les Français terminent les dix premières minutes avec 13 points d’avance (25-12).

14-6 en 10 minutes !
Le deuxième quart-temps est extrêmement défensif ... en tout cas pour les Français qui annihilent totalement l’attaque turque, coupant les lignes de passe et n’encaissant finalement qu’un seul panier en 10 minutes. Par contre, les Bleus ne parviennent pas à profiter de leur travail défensif pour s’envoler au score et font preuve de maladresse. Grâce à un 14-6 dans le second quart, la France mène toute de même 39-18 à la mi-temps, ce qui est exceptionnel puisque le meilleur marqueur turc est alors Kaya Peker, auteur de seulement 5 points, tous sur lancers francs !

Show time !
Au retour des vestiaires, on attend une réaction d’orgueil des hommes de Tanjevic. Mais les Français repartent sur un rythme effreiné tandis que les Turcs, frustrés, s’énervent et finissent par abandonner le match. Défendant toujours avec rigueur, l’Equipe de France lâche les chevaux en attaque et ravit un public limougeaud conquis. Normal quand les pur-sangs se nomment Tony Parker, Mike Pietrus, Flo Pietrus, Boris Diaw ou Mike Gelabale. Tout y passe : dunk, claquette dunk, alley-oop arrière, passes et dribbles dans le dos.
Tony Parker est dans la zone. Il enchaîne slalums spéciaux dans la défense turque et shoots lointains avec la même réussite, le tout en lançant des regards assassins à ses victimes. Les Français comptent 23 points d’avance à la fin du troisième quart.
Alors que Bogdan Tanjevic profitent du dernier quart pour donner du temps à son pivot remplaçant Fatih Solak et à la jeune perle turque Cenk Akyol, les Français déroulent. Les dix dernières minutes sont plus équilibrées et les Turcs terminent finalement à -19.
Tony Parker a été le meilleur marqueur et le meilleur passeur du match avec 20 points à 7/13 et 7 passes décisives. Boris Diaw a ajouté 16 points à 7/11 et 6 rebonds. Mickaël Gelabale a cumulé 9 points à 4/7 et 5 rebonds et Antoine Rigaudeau 8 points à 3/4 et 3 passes décisives.
Mirsad Turkcan a été le meilleur joueur turc, terminant meilleur rebondeur avec 11 prises et 5 points à 1/5. Kerem Tunceri a inscrit 8 points à 3/4 et le jeune Cenk Akyol s’est mis en valeur avec 8 points à 3/5 en 12 minutes. Voir les stats.

Un match référence
Bien que la prestation des Français ait été impressionnante et qu’elle permette de mesurer les progrès enregistrés par l’Equipe de France depuis le début de la préparation, il semble tout de même que la victoire ait été acquise face à une équipe turque dans un très mauvais jour. Ce match doit rester une référence et permettre aux Français de faire le plein de confiance.
En cas de retour, certes de plus en plus improbable, de "Fredzilla" Weis en sélection, il semble que c’est Claude Marquis qui devrait en faire les frais. Auteur certes de 4 points et 5 rebonds en 15 minutes, il manque encore d’intensité et d’explosivité. Il a même semblé parfois un peu perdu et passif sur certaines phases de jeu. Un peu plus grand mais plus léger que le Choletais, Jérôme Schmitt a souffert contre les pivots turcs mais s’est parfaitement acquitté de sa tâche. Dur en défense et entreprenant en attaque, l’intérieur de Bourg-en-Bresse a définitivement conquis le sélectionneur Claude Bergeaud « Jérôme Schmitt confirme qu’on peut compter sur lui, en tout cas pour ramasser les miettes, et des joueurs comme çà il y en a pas beaucoup dans les équipes. On ne peut pas s’en passer ». Comme çà c’est clair !

Derniers réglagles mardi à Milan
L’Equipe de France rencontrera l’Italie à Milan mardi pour son dernier match de préparation avant l’Euro 2005, qui débutera vendredi à Belgrade. Parvenus en finale de l’Efes Pilsen World Cup il y a une semaine, les Italiens s’étaient fait étriller 56-81 par la Turquie. Cette semaine, dans le cadre du tournoi de l’Acropole, les Italiens ont battu l’Allemagne 97-79 grâce à 15 points de Denis Marconato et de Massimo Bulleri, puis se sont inclinés en finale face à la Grèce 76-82, malgré 14 points de l’ancien Dijonnais et Palois Dante Calabria.