mercredi 24 mai
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > Equipe de France > Euro 2005 : L’équipe de France entre dans l’Histoire

Euro 2005 : L’équipe de France entre dans l’Histoire

mercredi 21 septembre 2005

Métamorphosée en seconde mi-temps, l’équipe de France a poussé la Serbie Monténégro hors de son championnat d’Europe 74-71 hier, gagnant ainsi son billet pour les quarts de finale. Jeudi, les Français affronteront la Lituanie, tenante du titre.

JPEG - 66.7 ko
La joie des Français
(Photo:FIBAEurope/Castoria - Metlas & Parausic)

Claude Bergeaud avait décidé de titulariser le capitaine Antoine Rigaudeau au poste de meneur de jeu et laisser sur le banc Tony Parker afin de lui enlever la pression du début de match. Incisifs, les Français débutent bien le match et mènent même rapidement 4-0 grâce à Antoine Rigaudeau et Boris Diaw. Dominés logiquement à l’intérieur par la taille des joueurs Serbes, les Français souffrent mais s’accroche et bouclent le premier quart temps avec un retard de cinq points (23-18).
En début de deuxième période, Tony Parker et Mickaël Pietrus font leur entrer sur le parquet. Les pivots serbes parviennent à fixer la défense française et ressortir la balle vers des shooteurs diaboliquement adroits. Ainsi Milan Gurovic puis Dejan Bodiroga punissent les Bleus à trois points et permettent aux Plavi (les bleus, mais serbes ...) de mener 36-22. Mais Tony Parker semblent retrouver son rythme et en fait profiter ses partenaires, trouvant Fred Weis deux fois de suite à l’intérieur. Le meneur des Spurs marque ensuite ses quatre premiers lancers francs de la compétition avant de passer un des lay-ups dont il a le secret. Sur deux lancers francs, Antoine Rigaudeau clôt un 13-3 français permettant aux siens de revenir à -4. Mais Nenad Krstic, puis un inarrêtable Vladimir Radmanovic à trois points, redonnaient 9 longueurs d’avance aux Serbes.
Au retour des vestiaires, les Français savent qu’ils doivent jouer leur va-tout, ils n’ont rien à perdre. Comme en début de match, Antoine Rigaudeau est au commande et, comme nous, Sasha Danilovic, présent dans les tribunes, semblent reconnaître son ancien coéquipier au jadis nommé Kinder Bologne. ‘Le Roi’ est de retour, inscrivant cinq points consécutifs, profitant en tête de raquette des écrans de Cyril Julian. Puis Mickaël Gelabale et Boris Diaw concluent un 9-0 d’entrée pour permettre aux Bleus d’égaliser 44-44. Mais Cyril Julian obtient dans la foulée sa quatrième faute personnelle et Antoine Rigaudeau sa quatrième. Pendant ce temps, les Serbes reprennent du poil de la bête et passent un 7-0 à l’équipe de France. Tony Parker fait son retour à la place de Rigaudeau. Il retrouve son rythme et trouve ses partenaires. Les Serbes ne conservent alors leur avantage que grâce aux tirs primés assassins du Sonic Vladimir Radmanovic (57-54).
En début de quatrième quart temps, Claude Bergeaud décide de passer en défense de zone. Tandis que les Serbes ne trouvent plus la mire, Tony Parker appuie sur le champignon, se faufilant dans la défense serbe pour rentrer lay-ups et tear drops ou trouver ses partenaires ouverts. Les Bleus ponctuent ainsi un 9-1 d’entrée avec un alley-oop de Parker pour Diaw qui climatise la salle de Novi Sad et propulse les Français en tête 63-58. Les Serbes passent également en zone et perturbent à leur tour les Français. Chaque point vaut maintenant de l’or et les deux équipes jouent les yeux dans les yeux. A l’intérieur, Flo Pietrus, pourtant le plus petit par la taille dans le secteur, est héroïque. Il cueille les rebonds offensifs au nez et à la barbe des pivots serbes, provoquent les fautes et, pour la première fois dans ce tournoi, marque ses lancers francs. Sur un jump-shot limpide, le poison Igor Rakocevic ramène les Serbes à -2. En une poignée de seconde, TP est de l’autre coté du terrain, s’infiltre dans la raquette, mais son tear drop rebondit sur l’arceau. Flo Pietrus surgit alors, bien au-dessus de tout le monde, pour inscrire une claquette décisive qui met la France à l’abris à +4. Le coach serbe Zeljko Obradovic, dont les stratégies et les choix sont toujours aussi impénétrables, laisse sur le banc son shooteur Vladimir Radmanovic, pourtant très chaud jusque là, alors que les Serbes peinent face à la défense de zone française. Il lui préfère un Dejan Bodiroga pourtant touché à la cheville. A une minute du buzzer, Bodiroga donne raison à son coach en inscrivant un panier primé qui ramène les Serbes à seulement -1. Mais Florent Pietrus est impérial en attaque comme en défense. Il provoque la cinquième faute de Nenad Krstic, transforme un de ses deux lancers francs puis provoque de nouveau un passage en force de Zeljko Rebraca. Les Serbes optent alors pour le hack-a-Boris et envoient sur la ligne Diaw, auteur d’un 0/11 aux lancers la veille. Malheureusement Boris Diaw leur donne raison et porte sa série de lancers francs manqués à 13. Mais en face, les Serbes doutent et ne rentrent plus leurs shoots à longues distances. Antoine Rigaudeau convertit un lancer franc supplémentaire pour donner aux Bleus 3 points d’avance. Marko Jaric puis Zeljko Rebraca ne parviennent même pas à inscrire leurs lancers francs et les Français s’accrochent à leur avantage jusqu’au buzzer avant d’exploser de bonheur.

Le Roi et TP dans le rythme
Antoine Rigaudeau termine meilleur marqueur de l’équipe de France avec 14 points à 4/8 et 5 rebonds tandis que Tony Parker a semblé métamorphosé en seconde mi-temps, finissant avec 13 pts à 4/9 et 3 pds en 23’. Michaël Gelabale a une nouvelle fois été sobre et efficace avec 12 pts à 5/6, 2 rbs et 2 pds tandis que Boris Diaw a été plus discret avec 10 pts à 5/9, 3 rbs et 3 pds. Les 5 points et 4 rebonds de Florent Pietrus ne traduisent absolument pas l’emprise qu’a pu avoir le natif des Abymes sur le match
Vladimir Radmanovic a été le joueur serbe le plus dangereux mais n’a eu droit qu’à 18’ de temps de jeu pour inscrire 14 points à 5/7, dont 4/5 à 3 points. Le nouveau meneur des Timberwolves de Minnesota Marko Jaric a cumulé 14 points à 5/12, 5 passes décisives et 5 interceptions. Nenad Krstic a ajouté 11 points et 6 rebonds, Igor Rakocevic 11 points et 4 passes décisives et Dejan Bodiroga 10 points, 5 rebonds et 3 passes décisives. (voir les stats)

A une victoire du championnat du Monde
Bien que les Français ne soient plus qu’à une victoire d’un billet pour le Japon, soit leur objectif initial, la victoire d’hier soir les autorise tout de même à viser désormais plus haut. En effet, après avoir mis à terre la Serbie Monténégro sur son sol, la France a les moyens de battre en quart de finale les Lituaniens. Championne d’Europe en titre, la Lituanie s’est brillamment qualifiée pour les quarts en remportant leurs trois matchs du premier tour, le tout en étant privé de ses meilleurs joueurs. En 2003, les Baltes avaient battu les Français en demi-finale à l’issue d’un match extrêmement serré.

Les vice champions olympiques sortis
Une jeune et talentueuse équipe croate a sorti hier une équipe italienne vieillissante 74-66 et affrontera en quart l’Espagne. Les Grecs ont difficilement écartés l’Israël 67-61 pour rejoindre la Russie. Enfin, les Allemands rencontreront la Slovénie après avoir surpris la Turquie 66-57 grâce à un Dirk Nowitzki de feu (33 pts et 10 rbs) de feu.