lundi 29 mai
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > Equipe de France > Euro’07 : Parker trop seul en attaque

Euro’07 : Parker trop seul en attaque

vendredi 7 septembre 2007, par patnba

Face à l’Italie, lors du deuxième match de poule, Tony Parker a été le sauveur des Bleus en enquillant 36 points. Avec la victoire au bout (69-62). Mais ce sont les Slovènes, battus trois fois en préparation, qui ont surpris les coéquipiers de Tony lors du dernier match de première phase(67-66). Et se pose la question : qui peut apporter du soutien à Tony en attaque ? Ce dernier est trop seul.

La deuxième phase, qui débute samedi par un match déjà décisif face aux coéquipiers allemands de Nowitzki, s’annonce très difficile. Car les Français auront aussi à se coltiner la Lituanie, invaincue lors du premier tour, et la Turquie qui a sauvé sa place en finissant troisième de ce même groupe. Les deux premières équipes étant très dangereuses de par leur adresse, surtout les Lituaniens qui ont retrouvé un Sharunas Jasikevicius qui veut montrer à tous qu’il vaut mieux qu’un rôle de remplaçant en NBA. Et l’Allemagne n’est pas meilleure à jouer avec le leader offensif des Dallas Mavericks qui aura à coeur de prouver que l’élimination des siens au premier tour des play-offs NBA n’était qu’un accident. La Turquie, à priori la plus faible des trois, n’étant pas à l’abri de créer un exploit face à nos petits Français qui sont pour le moins dans leurs petits souliers.

Car le problème est bien là, la France, mis à part Tony Parker, est loin de tourner à plein régime. Lorsque vous voyez évoluer les Bleus, on dirait qu’il y a Tony et les autres. Ces derniers sont trop spectateurs, on ne voit personne capable de prendre le relais du meneur des Spurs.

Même Boris Diaw, décevant décidément dans ce rôle. L’apport de Ferchaud pour trouver un peu d’adresse n’est pas vraiment convaincant. Les nouveaux jouent par à-coups. Gomis, après un bon match face aux Polonais, n’est plus là. C’est flagrant, lorsque Tony a la balle en attaque, il n’y a pas de mouvement et ça se termine invariablement par un tir ou une pénétration de Tony. Quand il est en état de grâce, ça passe, mais quand il est moins bien, ça se termine comme face à la Slovénie avec un match joué à rien et qu’on laisse aux adversaires d’un point.

De surcroît, nous avons peut-être perdu Turiaf, blessé par Nesterovic et qui a une épaule luxée. Quand on sait que c’est notre intérieur le plus productif, on peut légitimement avoir peur car Weis est trop limité en attaque. Mais peut-être vont-ils nous surprendre en deuxième phase. En tout cas, Claude Bergeaud doit persuader sa troupe de prendre plus de responsabilités. La qualification ne doit pas dépendre du seul Tony Parker. Sinon. Rendez-vous donc samedi face à l’Allemagne.