dimanche 19 novembre
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > Equipe de France > EDF : Une France plus inspirée

EDF : Une France plus inspirée

dimanche 12 août 2007, par Christophe Blandin

Pour sa dernière rencontre lors de ce tournoi de Strasbourg, l’équipe de France s’est imposée sur le score de 80 à 60 face à la Slovénie privée de son meneur titulaire Jaka Lakovic et jusqu’ici invaincue en Alsace. Présentant un jeu offensif plus rythmé et donc plus efficace que face à la Grèce, les Bleus se sont donc montrés beaucoup plus consistants et quittent ainsi Strasbourg avec un bilan plutôt positif de 2 victoires pour 1 défaite. Le sélectionneur national Claude Bergeaud espère désormais récupérer ses blessés d’ici le tournoi de Paris le week-end prochain pour préparer au mieux le prochain championnat d’Europe.

L’équipe de France se présentait sur le parquet dans la même configuration que face à la Grèce, à savoir privée de Diaw, Kirksay et Piétrus. Pour démarrer la rencontre, Bergeaud optait pour le même cinq qu’hier soir : Parker - Gomis - Diawara - Giffa - Weis. Le début du match voyait les 2 formations servir leur pivot. Nesterovic scorait 4 pts alors que Weis faisait valoir sa taille dans la raquette. Par l’intermédiaire de l’efficace duo Gomis - Diawara, les Bleus signaient un 8-2 pour creuser un premier break (10-5). La Slovénie réagissait grâce à son adresse extérieure, le meneur Capin (titularisé en lieu et place de Lakovic blessé la veille) et l’intérieur Smodis se mettant ainsi en évidence. Contrairement à la veille face à la Grèce, la sélection tricolore trouvait des solutions face à la défense proposée par les Slovènes et Diawara confirmait son adresse extérieure avec le premier panier primé de la soirée pour les Bleus qui comptaient ainsi 4 pts d’avance au terme du 1er QT (20-16).

La France démarrait bien le 2ème QT avec un Ronny Turiaf une nouvelle fois efficace en sortie de banc. L’intérieur martiniquais inscrivait 2 paniers consécutifs pour donner 8 pts d’avance aux siens (24-16). Grâce à ses intérieurs remplaçants Lorbek et Slokar, la Slovénie réagissait rapidement à la faveur d’un 7-0 pour revenir à une longueur des Bleus. Badiane mettait fin à l’hémorragie en scorant 4 pts d’affilée. Un peu plus tard, c’était au tour de Cédric Ferchaud de montrer ses qualités d’adresse et de donner 5 pts d’avance aux Bleus (32-27) grâce à 2 tirs à 5 mètres. La Slovénie ne se laissait cependant pas décrocher et provoquait des fautes françaises aussitôt converties sur la ligne des lancers-francs. A l’inverse de Morandais, Ferchaud semblait tenir bon son ticket pour l’Espagne avec un nouveau tir primé juste avant le buzzer de la mi-temps pour redonner un peu d’air à la France : 37-33.

Au retour des vestiaires, la France poursuit sur le même rythme en montrant un jeu offensif plus rythmé que face à la Grèce. Joseph Gomis, incisif, donne 7 pts d’avance à la France (44-37). La Slovénie ne lâche rien et l’intérieur du CSKA Moscou, Smodis, permet aux siens de rester au contact (49-47). Une nouvelle flèche de Ferchaud derrière la ligne des 6,25 m redonne une avance de 7 pts aux Bleus. La défense française tient bon et Badiane, avec 2 LF inscrits, offre un avantage de 8 pts au terme du 3ème QT (60-52).

L’équipe de France allait finalement faire la différence lors de la dernière période. La défense tricolore stoppait les offensives slovènes qui ne trouvaient la solution avec Lorbek qu’à un peu plus de 5 minutes de la fin. Durant ce laps de temps, les Bleus avaient quant à eux inscrit un 9-0 pour s’offrir un avantage très confortable au tableau d’affichage (69-52). Jeanneau inscrivait un panier primé à 9 mètres au buzzer avant que Turiaf ne prenne le relais avec son énergie habituelle. Puis c’était au tour de Pape Badiane d’utiliser son envergure pour terminer près du cercle, l’intérieur roannais finissant d’ailleurs meilleur scoreur de la rencontre avec un total de 16 pts. L’écart montait ainsi à +20 en faveur des locaux (74-54). Jagodnik limitait ensuite les dégâts pour la Slovénie mais Tony Parker donnait un dernier coup d’accélérateur pour faire plaisir à ses nombreux jeunes fans présents à Strasbourg et redonner 20 pts d’avance aux Bleus à l’issue de la rencontre (80-60).