mercredi 23 août
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > Equipe de France > EDF : La France s’impose au finish

EDF : La France s’impose au finish

vendredi 10 août 2007, par Christophe Blandin

Opposée à la Serbie pour son entrée dans le tournoi de Strasbourg, l’équipe de France, toujours privée de Tony Parker et de Boris Diaw mais aussi de Sangaré et Kirksay, s’est imposée au terme d’une prolongation sur le score de 93 à 87. Après une première mi-temps intéressante d’un point de vue offensif, les Bleus ont connu plus de difficultés au retour des vestiaires avec une défense serbe plus agressive. Les fautes techniques pleuvant sur le camp serbe lors de la prolongation auront par ailleurs aidé la France à s’imposer. On retiendra de ce match la belle solidarité des Bleus qui ont pu compter sur un Turiaf percutant, principalement en 1ère mi-temps, et un Diawara une nouvelle fois efficace.

Kirksay et Sangaré laissés au repos suite à leurs petits pépins physiques, Parker et Diaw absents pour les raisons que l’on connaît, Claude Bergeaud choisissait de démarrer la rencontre avec le 5 majeur suivant : Jeanneau - Morandais - Diawara - Piétrus - Weis. Milicic lançait les hostilités avec un panier primé mais Diawara lui répliquait immédiatement. Tout en se coltinant Milan Gurovic en défense, l’ailier des Denver Nuggets démontrait toute son efficacité offensive en signant une nouvelle flèche derrière la ligne des 6,25 m. Diawara allait inscrire 10 pts dans ce 1er QT et était bien relayé par Ronny Turiaf entré pour faire souffler Weis. L’intérieur des Lakers apportait rapidement son écot au sein de l’attaque française en scorant 7 pts dans ces 10 premières minutes dont 2 shoots extérieurs et un dunk rageur. Le coach serbe Zoran Slavnic faisait quant à lui entrer ses jeunes pousses mais la sélection serbe restait au contact grâce notamment à une belle adresse extérieure. Les Bleus comptaient ainsi 2 pts d’avance au terme du 1er QT grâce à 2 LF de Joseph Gomis.

Le 2ème quart-temps commençait par un chassé-croisé entre les 2 sélections. A l’adresse longue distance des serbes, la France répondait par la présence agressive de Turiaf mais aussi une belle efficacité dans les tirs primés avec Giffa puis Jeanneau. Par conséquent, la France créait un premier break (42-34) à la faveur d’un 10-0. Marko Jaric stoppait la série des Tricolores mais les joueurs de Claude Bergeaud ne baissaient pas d’intensité et faisaient encore croître leur avantage au tableau d’affichage en infligeant un 7-2. La France, passée en défense de zone dans les dernières minutes de cette 1ère mi-temps, rentrait ainsi aux vestiaires avec un avantage de 11 pts (49-38). Déployant un jeu d’attaque plutôt abouti avec une adresse intéressante, la France pouvait également compter sur une défense agressive génératrice de contre-attaques.

Au retour des vestiaires, le jeu offensif français était quelque peu perturbé par la défense serbe. Malgré la belle présence de Fred Weis dans la raquette auteur de 6 pts dans les premières minutes de ce 3ème QT, les coéquipiers du capitaine Florent Piétrus voyaient les Serbes se rapprocher au tableau d’affichage et même égaliser à 56 partout grâce à l’énergie de Gurovic qui parvenait enfin à trouver la faille dans la défense tricolore. Les coéquipiers de Gurovic se montraient toujours aussi adroits et parvenaient à endiguer les assauts des Tricolores. Mais les Bleus retrouvaient de l’allant et Cédric Ferchaud démontrait qu’il pouvait peut-être être le shooteur attendu par le sélectionneur Claude Bergeaud en décochant 2 flèches derrière la ligne des 6,25 m. L’intérieur serbe Aleksandov ramenait finalement les siens à 4 longueurs au terme du 3ème QT (66-62).

La dernière période débutait sur un 5-0 en faveur des Bleus qui reprenaient ainsi 9 pts d’avance (71-62). Les Plavi s’en remettaient alors à leur star, l’intérieur Darko Milicic, qui n’hésitait pas à jouer son vis-à-vis pour provoquer des fautes et convertir ensuite ses LF. De plus, la défense serbe fait complètement déjouer les Bleus qui n’inscrivent pas le moindre point durant de longues minutes. Sur une contre-attaque de Jaric, la Serbie revenait une nouvelle fois à hauteur des Français (73-73). Et passait même devant sur des lancers-francs de Gurovic (74-75). Sur l’action suivante, Jeanneau prenait sa chance à 3 pts en fin de possession et trouvait la cible à 51 secondes du terme de la rencontre (77-75). Jaric pénétrait alors et provoquait la faute. S’en suivait une échauffourée qui se terminait par une technique pour Milicic et Piétrus. Jaric gardait son sang froid et inscrivait ses 2 lancers-francs pour égaliser à 77 partout. Il restait alors un peu moins de 8 secondes à jouer... Jo Gomis remontait la balle et servait Ronny Turiaf qui déclenchait un tir à 5 mètres. Sans réussite... Prolongation.

Cette prolongation voyait les 2 équipes se répondre du tac au tac. Le tatoué Gurovic portait son équipe sur ses épaules et démontrait toute sa combativité. Piétrus prenait lui aussi ses responsabilités en inscrivant un panier primé puis 2 lancers-francs (85-84). Le tournant de cette prolongation était alors la faute technique infligée à l’entraîneur serbe pour avoir contesté un peu trop ouvertement la décision de l’arbitre (faute de Gurovic sur Turiaf). Le banc serbe récoltait une nouvelle faute technique pour ne pas avoir obéi à l’arbitre qui demandait aux joueurs serbes de rester assis sur leur banc. Le match était ainsi joué et la France assurait quelques lancers-francs pour obtenir le gain de la victoire sur le score de 93 à 87.