mercredi 16 août
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > Equipe de France > EDF : Bilan individuel après le tournoi de Strasbourg

EDF : Bilan individuel après le tournoi de Strasbourg

mercredi 26 juillet 2006, par Christophe Blandin

Basket Info vous propose de faire un rapide retour sur le tournoi de Strasbourg qui a vu la victoire de l’équipe de France le week-end passé. Retrouvez dans cet article une analyse des prestations de l’ensemble des joueurs de la sélection française.

Tony Parker

Impeccable tout au long du tournoi, Parker a confirmé sa grande forme après 2 mois de repos qui lui ont fait le plus grand bien comme il l’avoue lui-même. Toujours aussi inarrêtable en pénétration, Parker a aussi montré que son travail sur le shoot avec Chip Engelland portait ses fruits puisque l’ancien Parisien se montra adroit aussi bien à 3 pts que sur la ligne des lancers francs. On notera cependant les belles prestations offertes par les meneurs lituanien et chinois face aux Bleus, des ajustements défensifs sont donc à prévoir pour le sélectionneur Claude Bergeaud.

Aymeric Jeanneau

Devant son ancien public, le désormais villeurbannais a montré ce qu’on attendait de lui, à savoir apporter son côté gestionnaire, gérer le tempo, mettre en place les systèmes et servir ses partenaires dans les meilleures conditions possibles. Seul véritable meneur de l’effectif, Jeanneau devrait s’envoler pour le Japon, sauf blessure.

Joseph Gomis

Dans un rôle de meneur-shooteur, souvent associé à l’arrière avec Tony Parker, "la Gomme" a montré que son adresse pouvait être utile à la sélection tricolore. D’autant plus que Gomis a montré que sa défense était toujours aussi brillante en pression sur l’attaquant. En concurrence avec Bokolo pour le dernier poste d’arrière.

Yannick Bokolo

Arrivé dans le groupe de Claude Bergeaud pour apporter toute son énergie, le jeune manceau a bien répondu aux attentes du sélectionneur dans ce rôle de joker venu du banc pour tout donner sur le terrain, en particulier en défense. Dans sa volonté de bien faire, Bokolo en a cependant souvent fait trop comme lors de sa dernière prestation face à la Chine où il a cumulé des fautes assez grossières très rapidement.

Mickaël Gelabale

Après n’avoir pu disputer le moindre match face à la Suisse suite à la signature de son contrat avec les Sonics, Gelabale a donc fait son retour avec l’équipe de France à l’occasion de ce tournoi de Strasbourg. Passé à travers lors de la rencontre face à la Lituanie, Gelabale a prouvé dans les 2 autres confrontations que sa dernière saison avec le Real Madrid était à ranger aux oubliettes et qu’il avait bien d’ores et déjà retrouvé son statut de joueur majeur au sein de l’équipe de France. Adroit, aérien, bien présent des 2 côtés du parquet, Gelabale a déjà son ticket pour le Japon en poche.

Mickaël Piétrus

Le joueur des Golden State Warriors n’a pas vraiment eu à forcer son talent lors de ce tournoi. Toujours aussi spectaculaire, le Guadeloupéen aura gratifié le public alsacien de quelques dunks aériens. Tant qu’il ne force pas, Mike est bien l’un des tout meilleurs attaquants européens grâce à ses qualités athlétiques exceptionnelles mais aussi un shoot qu’il n’a cessé de travailler ces dernières années.

Laurent Foirest

Parfois brouillon en attaque, Foirest a montré lors de l’ultime rencontre face à la Chine pourquoi Claude Bergeaud avait choisi de lui faire confiance après une dernière saison difficile du fait des blessures notamment. En alignant 4 paniers primés consécutifs dans le dernier quart-temps, Foirest a répondu aux attentes et confirmé que sa patte gauche et son expérience pourront être très utiles lors des prochains championnats du Monde.

Mamoutou Diarra

En alignant les bonnes sorties lors des derniers matches amicaux, Diarra a su éloigner la concurrence pour garantir sa place pour le Japon. Très efficace face à la Suisse, Diarra a confirmé sur le parquet strasbourgeois. Adroit sur ses tirs extérieurs, Diarra aura également été souvent à la conclusion de contre-attaques.

Michel Morandais

Le joueur de Naples jouait déjà sa dernière carte lors de ce tournoi de Strasbourg. Attendu en sélection pour apporter en priorité ses qualités de shooteur, Morandais aura malheureusement connu une soirée sans lors de la rencontre face au Sénégal avec un 0 sur 3 aux tirs. Davantage en réussite face aux Lituaniens, ses errements défensifs auront marqué l’esprit de Claude Bergeaud. Comme tout shooteur, Morandais a besoin de temps de jeu pour trouver son rythme, des minutes que ne pouvait lui proposer Bergeaud dans le cadre de cette sélection.

Boris Diaw

Ovationné lors des présentations des équipes (davantage encore que Tony Parker), le dernier finaliste de la conférence Ouest est désormais le capitaine des Bleus. Dans la continuité de sa superbe saison avec les Suns, Diaw aura encoré répondu présent dans tous les secteurs du jeu (points, rebonds, passes, défense et tout ce que vous voulez). Evoluant principalement au poste 4, Diaw retrouve en sélection, et avec son pote Tony Parker, des automatismes de jeu qu’il a développés tout au long de l’année avec le MVP Steve Nash.

Florent Piétrus

Devenu la doublure de Boris Diaw au poste d’intérieur, l’aîné des frères Piétrus aura une nouvelle fois apporté toutes ses qualités défensives comme en témoigne ce magnifique contre administré au nouveau grand prospect chinois Yi Jianlian. Plus effacé en attaque même s’il n’hésite plus à tenter sa chance derrière les 6,25 m désormais, Piétrus se montre toujours aussi présent aux rebonds où son timing et sa détente sont des atouts précieux.

Stephen Brun

Victime d’une entorse du pouce droit, Brun n’a finalement été aligné que lors d’une seule rencontre dans ce tournoi de Strasbourg. Et le néo-gravelinois n’aura pas démérité face aux Lituaniens. Outre son efficacité longue distance, Brun se sera également montré plutôt efficace en défense comme le soulignait Bergeaud en conférence de presse. Du fait de la forte concurrence sur le poste 4 et malgré sa complémentarité, Brun a quitté logiquement la sélection au terme du tournoi.

Frédéric Weis

Annoncé dans une forme resplendissante, le pivot de Bilbao aura confirmé en Alsace sa grande forme actuelle se montrant très mobile. Dans le 5 majeur lors des 2 rencontres auxquelles il a pris part, Weis aura régné dans les airs captant notamment 14 rebonds en 20 minutes face aux Lituaniens. Sa présence dans la raquette oblige les attaquants adverses à modifier la trajectoire de leurs tirs. Après s’être fait dunker dessus par Linas Kleiza, Fredzilla aura pris sa revanche quelques minutes plus tard en infligeant un contre plein d’autorité au physique Robertas Javtokas. Peu utilisé lors des séquences offensives, ses partenaires devront apprendre à mieux le servir dans la raquette. Indispensable.

Cyril Julian

Le pivot lorrain n’aura disputé que 10 petites minutes au cours de ce tournoi. Principalement utilisé pour assurer les basses besognes dans la raquette, Julian aura assuré sa tâche discrètement. Peu servi en attaque, Julian aura donc surtout observé ses coéquipiers depuis le banc, permettant à Claude Bergeaud de tester les autres pivots candidats au Japon, Julian étant lui assuré de sa participation aux prochains championnats du Monde. Reste pour lui à prouver sa vraie valeur lors des prochains matches de préparation.

Johan Petro

Peu à son aise lors de la première rencontre face au Sénégal, Petro se sera bien racheté lors du dernier test face à la sélection chinoise. Nettoyant le rebond dans sa raquette, Pétro aura également montré ses atouts sur le plan offensif et notamment une adresse intéressante à 4 mètres. Malgré son inexpérience au plus haut niveau international, sa taille pourrait être un facteur décisif pour sa possible sélection.

Ronny Turiaf

Parfait dans son attitude, toujours le premier à encourager ses coéquipiers, Turiaf aura aussi montré des choses intéressantes sur le terrain, en particulier lors de la confrontation face aux Sénégalais où il signe 7 pts, 4 rbs et 2 cts en 15 min. Très efficace aux rebonds sur de courtes périodes, Turiaf apporte beaucoup d’énergie sur le terrain. Pas toujours bien inspiré en attaque, sa puissance et son envie sont ses principaux atouts.

Vincent Masingue

Avec Brun et Morandais, Masingue est donc le dernier recalé au terme de ce tournoi de Strasbourg. Après un match sans grande valeur face à la Lituanie, l’intérieur villeurbannais se sera pourtant particulièrement mis en évidence lors du début de match face à la Chine. Toujours aussi vaillant dans la raquette, Bang Bang aura réussi à finir 2 actions "in the paint" face aux géants chinois dont un joli hook. Moins jeune et sûrement moins talentueux que le duo d’avenir Petro - Turiaf, Masingue a donc dû quitter le groupe France dès dimanche soir.