dimanche 25 août
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > Europe > Eurocup > Coupe ULEB : Contre-performance en Croatie pour Cholet

Coupe ULEB : Contre-performance en Croatie pour Cholet

samedi 17 janvier 2004, par patnba

Cholet, méconnaissable, a été désintégré, mardi soir en Croatie (100-73). Les Maugeois ont laissé filer bien des illusions puisque leur qualification dépendra maintenant des résultats des autres formations.

Les Choletais étaient attendus à Split, mais les Croates n’eurent pas à employer les grands moyens car les visiteurs du soir rendirent les armes assez vite. Les Maugeois ont pourtant fait illusion dans les premières minutes en faisant preuve d’une grosse présence des deux côtés du terrain (0-4, 2’). Notamment en défense, Smith s’affichant déjà à deux fautes à cet instant.
La sortie de Lyday, touché à une cheville sur une interception (3’), n’a sans doute pas aidé malgré l’application de Ferchaud à tenir ensuite la barre. Cette péripétie n’est sans doute pas la seule explication à la déroute choletaise.

Moins 20 à la mi-temps

L’adresse des Choletais et la belle conviction dont ils avaient fait preuve dès l’entame se sont rapidement fissurées, si bien que Split, malgré McCants maintenu sur le banc (peut-être puni après son faible match du samedi précédent), eut alors beau jeu de donner des coups de boutoir dans le frêle édifice choletais. Zdovc, en multipliant les changements, finit ainsi par insuffler la bonne carburation à ses troupes. La vieille voiture croate devint soudain dragster. Et les joueurs de l’ancien Limougeaud n’eurent donc aucun mal à laisser sur place des Choletais en mal de tout : de défense, d’attaque, d’inspiration et peut-être même de motivation au fil des minutes. La claque fut énorme : 17-2 entre la 8’ et la 12’ minutes. Split était alors lancé : 29-19, 13’. Jamais Cholet ne revit son adversaire.

CB n’était plus dans le match. Les passes n’arrivaient plus face à l’agressivité défensive adverse. En témoignent ces trois interceptions successives de Peric (deux fois) et Ukic, les inspirateurs de la révolte croate. Et Split prenait ses aises : 53-30, 19’. A la mi-temps, la messe était dite : 53-33.

La seconde mi-temps ne changeait rien car les Croates, ridiculisés huit jours plus tôt à Vilnius (103-56), ne lâchaient plus rien. Prompte à infiltrer la défense choletaise comme à tirer à longue distance et maîtresse sous les panneaux, la formation de Split utilisait tous ses atouts pour enlever le morceau. Et porter l’écart à 27 points : 100-73. Le coup de sang de Dino Radja après la défaite à Vilnius avait peut-être porté ses fruits. Cholet avait vécu son Waterloo et perdu beaucoup de ses illusions.

La marque

- SPLIT : 42 tirs sur 70 dont 9 sur 18 à 3 pts, 7 LF sur 13, 25 rebonds, 17 passes, 2 contres, 18 interceptions, 8 balles perdues, 24 fautes.

Orsulic 2, Smith 7, Ukic 17, Pasalic 6, Peric 9 puis Mc Cants 15, Kedzo 18, Rancic 20, Delic 4, Siriscevic 2.

- CHOLET : 26 tirs sur 51 dont 6 sur 15 à 3 pts, 15 LF sur 22, 19 rebonds, 8 passes, 11 interceptions, 19 balles perdues, 19 fautes.

Lyday 2, Ferchaud 15, Marquis 6, Akpomedah 1, Gelabale 16, puis Fletcher 0, Malet 0, Desroses 6, Bilba 6, Hayes 21.

Les autres résultats

Vilnius - Brighton 62-71

Sopot - Ionikos 92-90

Le classement

1. Vilnius et Sopot, 14 pts ; 3. Cholet, 12 ; 4. Brighton et Split, 11 ; 6. Ionikos Athènes, 10.

Ils ont dit

- Erman Kunter (entraîneur de Cholet) : "Je ne sentais pas ce match. Et effectivement on perd plus que la victoire, on perd aussi le goal-average. Maintenant, même si on gagne face à Vilnius et à Brighton, ça ne suffira peut-être pas. On n’a pas défendu. Les joueurs ont cru qu’on allait gagner sans défendre. On a perdu trop de balles dans le second quart-temps. Concernant Fletcher, il a des problèmes en défense, mais, ce soir, ce n’est pas la faute d’un joueur, c’est toute l’équipe qui a failli. On va maintenant se reconcentrer sur Le Havre."

- Juri Zdovc (entraîneur de Split) : "On les a fait déjouer. A partir du deuxième quart, nous avons fait de bonnes choses et puis nous sommes devenus maîtres du jeu, on le contrôlait comme on voulait, particulièrement en attaque."