vendredi 20 janvier
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > Bellegarde ’08 : Westermann on the moon

Bellegarde ’08 : Westermann on the moon

mardi 8 avril 2008, par Aurélien Hipp

On avait tellement apprécié l’édition 2007 qu’il fallait revenir en 2008. Placé juste à la fin du tournoi U18 de Mannheim, le tournoi de Bellegarde représentait la parfaite transition entre les 2 générations 90 et 92 de nos jeunes basketteurs. Plus en jambes qu’en 2007, les Français terminent 2e, sans toutefois réellement contester la victoire de Serbes qui ont un peu laissé filer le dernier jour. Et cette année, côté tricolore, une petite perle a peut-être fait son apparition dans le concert du basket international.

Comme l’an passé, c’est Jean-Claude Jeantet, le co-président du tournoi qui est chargé de l’accueil des rares journalistes présents sur l’événement. Après l’avoir assuré que la reconduction du plateau 2007(Grèce, République Tchèque, Serbie et France) ne représente en rien une déception, il s’agit de jauger les forces en présence, notamment en fonction des résultats des matches du vendredi, non visionnés.

La génération U16 a ceci de piégeux que les joueurs sont encore en plein développement, ce qui rend le scouting plus difficile. Un joueur dominant dans sa catégorie le sera-t-il encore dans quelques années ? Peu de joueurs ont donné cette impression, même si chaque nation fait sortir l’une ou l’autre individualité du lot.

Dès lors, il faut modestement essayer de dénicher un talent en gestation (le poste 5 serbe, Nemanja Besovic, 2Mm18) ou déjà en pleine éclosion. Alors certes, il n’est pas MVP du tournoi, certes il perd 10 ballons le dernier jour du tournoi, certes il manque encore de « culture clutch », mais on oublie qu’il n’a que 15 ans. Leo Westermann (1m93), pensionnaire de l’INSEP, a éclaboussé le tournoi de son talent. Meneur de grande taille, plus scoreur que Sciarra mais plus organisateur et moins shooteur que Rigaudeau dans l’esprit, il est déjà au-dessus du lot et ne dépareillerait pas avec les U18, surtout au vu des résultats moyens de ces derniers à Mannheim, lors du championnat du monde « officieux » de la catégorie d’âge. Vous l’aurez compris, c’est notre MVP à nous, même si le meilleur joueur de la meilleure équipe, Djordje DRENOVAC, fait un lauréat difficilement contestable.

Archi-dominateurs des compétitions de jeunes récentes, les Serbes accrochent donc également Bellegarde à leur palmarès, alors que les Grecs repartent avec la cuiller en bois. Français et Tchèques font eux un peu mieux que l’an passé avec leur 2e et 3e place respective.
Voici un petit descriptif joueur par joueur du 5 idéal(éminemment subjectif) du tournoi 2008. Même si aucun d’entre eux ne sera là l’an prochain (c’est la règle du jeu), vivement 2009 !!

JPEG - 13.7 ko
Leo Westermann

Leo Westermann (FRA,Meneur, 1m94, INSEP, 12.3ppg/4.6rpg/5.3apg )

Le meilleur joueur des 3 équipes, même s’il repart sans trophée. Un potentiel hors classe sur les 3 jours. Meneur de grande taille, il perd de son incroyable vision du jeu une fois décalé au poste d’arrière. Des passes que personne ne voit à part lui, des pénétrations avec la vista d’un professionnel, Leo Westermann aura clairement dominé. A son très jeune âge, il montre déjà un leadership déconcertant. Debout sur le banc à encourager les potes, ou encore discutant avec les arbitres, il possède un profil de capitaine dans toutes les équipes qu’il fréquentera. Puisque, évidemment, tout n’est pas parfait, Westermann devra améliorer sa gestion des fins de matchs et du tempo . Affectionnant parfois un jeu à risques, il apprendra vite à savoir quand faire le show ne s’impose pas. Un futur TRES grand, sans le moindre doute.

Petar Lambic (SER,Arrière, 1m92, Hemofarm Stada)

Plus combo que véritable 2e arrière, il n’a pas vraiment de shoot à 3pts fiable pour le moment. En revanche, le garçon est un fort scoreur en pénétration, avec le tempérament qui va avec, c’est-à-dire capable d’oublier de ressortir alors que l’horizon se bouche. Dommage qu’il ait manqué la « finale » face à la France avec 9pts et 2/11 aux tirs.

Djordje DRENOVAC (SER,1m98,Ailier, Vizura, 19.3ppg/4rpg/0.6apg)

Top scoreur (19.3pts) et MVP « officiel » du tournoi. Gaucher, il est particulièrement performant en transition mais aura montré sa capacité à alterner tout au long du tournoi. Ses stats prennent d’autant plus de valeur qu’elles sont réalisées au sein de l’effectif le plus dense de la compétition, alors que 2 autres de ses coéquipiers auraient pu (du ?) figurer dans le 5 du tournoi.

Milan RISKA(RTC,2m03, ailier-fort, Sokol Prazsky, 13ppg/9ppg/1.3apg)

L’ailier-fort au profil dit « moderne », même s’il faudra revoir cette définition au motif qu’elle existe depuis plusieurs années. Mobile, bon passeur, il manque encore de régularité à distance, la faute à une mécanique de tir perfectible. Plus performante près du cercle et capable de trouver avec succès son pivot dans un petit périmètre.

JPEG - 15.1 ko
Nemanja Besovic
La tour de contrôle serbe

Nemanja BESOVIC(SER,2m18, Pivot, Vojvodina, 9.3ppg/8.3rpg/0.3apg)

Avec toutes nos excuses au jury du tournoi qui a désigné un Grec, mais ce « grand machin » nous paraissait s’imposer dans le palmarès du tournoi. Une impression un peu poussive au début, mais un vrai diesel au final très impressionnant. A l’aise dos au cercle, capable de shooter à mi-distance, il a déjà un bon bagage technique. Ce qui est d’autant plus appréciable vu la spécificité de celui-ci au poste 5. A suivre car n’a peu-être pas fini de grandir et comme il ne parait vraiment pas handicapé par son gabarit...

Résultats

Jour 1 :
Serbie bat Grèce 85-54&
République Tchèque bat France 79-70

Jour 2 :
Serbie bat République Tchèque 75-60&
France bat Grèce 72-57

Jour 3 :
République Tchèque bat Grèce 79-69&
France bat Serbie 79-69

Classement Final :

1) Serbie 2v-1d (+36)

2) France 2v-1d (+16)

3) République Tchèque 2v-1d (+4)

4) Grèce 0v - 3d (-56)