samedi 21 septembre
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > Equipe de France > Belarus-France : poursuivre en s\’améliorant

Belarus-France : poursuivre en s\’améliorant

vendredi 23 novembre 2001, par Christophe Blandin

Le laborieux succès contre la Hongrie (81-73) juste digéré, la France affronte le Belarus avec la volonté de continuer sa route victorieuse et d\’améliorer sa qualité de jeu, lors de la deuxième journée du groupe D des qualifications pour l\’Euro-2003 (messieurs) de basket-ball, samedi (17h30 GMT) à Minsk.

L\’équipe de cette ancienne république de l\’Union soviétique apparaît, depuis le tirage au sort en septembre à Istanbul, comme un grand mystère pour les Bleus. Les joueurs l\’avouent sans peine, ils ne connaissent absolument pas ce futur adversaire, ni ses forces, ni ses faiblesses.

Le sélectionneur Alain Weisz reste aussi dans le flou. A priori, il considérait les Bélarusses comme des outsiders. Il allait même jusqu\’à croire que cette formation pouvait être classée dans la catégorie des bonnes formations d\’un groupe D finalement beaucoup plus homogène que les autres.

Autant dire que la lourde défaite concédée, mercredi, par les Bélarusses en Estonie (84-56), dernière du groupe C de l\’Euro-2001, l\’a étonné. Et de s\’interroger sur la réalité de cet adversaire qu\’il a fait superviser par son fidèle ami Bob Sudres.

\"Je suis surpris par l\’ampleur du score\", a reconnu le patron des Bleus. Il a vu jeudi après-midi les images de la rencontre sans obtenir de réponse à cette question : pourquoi deux très bons joueurs présents sur la feuille de match ne sont pas entrés sur le parquet ?

Piège

Piège ou pas piège ? Tel n\’est toutefois pas le problème pour les Français. S\’ils veulent se sortir sans bobo de ce déplacement froid et périlleux, ils doivent surtout se focaliser sur leur propre jeu, trouver des solutions pour évacuer les lacunes apparues face aux Hongrois.

Le nouveau capitaine Laurent Sciarra partage ce point de vue, même s\’il refuse de tirer \"des conclusions trop hâtives\" du match contre les Magyars. \"Il faudra entrer différemment dans le match. A nous de répondre présent dès la première minute\", prévient-il.

\"Il y aura des changements\", annonce le sélectionneur, sans préciser les détails. \"On va corriger certaines choses\", poursuit-il, allusion à la défense où Cyril Julian, de retour, pourrait reprendre sa place. \"Il y a eu des incompréhensions qui ne doivent pas arriver à ce niveau\", explique-t-il.

En si peu de temps, il ne pourra rien révolutionner. Il compte toutefois sur un meilleur amalgame entre les jeunes et les anciens pour améliorer les systèmes, une plus grande confiance sur les tirs extérieurs et sur un engagement plus constant en défense.

Ce secteur risque d\’être la clef de voûte d\’un match disputé dans un contexte difficile, sous la pression du public. Or, la France n\’a déjà plus le droit de perdre après que la Pologne a marqué des points en s\’imposant en Lettonie (92-81).

\"La Pologne est très bonne. En gagnant à Riga, elle a déjà pris de l\’avance sur tout le monde. A domicile, elle sera difficile à jouer. Et déjà avec cette victoire, même s\’il n\’y a qu\’un match de joué, elle a pris une option\", estime Weisz. Les Français savent ce qui leur reste à faire.