mercredi 26 juillet
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > Un match à huis clos avec sursis pour Limoges

Un match à huis clos avec sursis pour Limoges

vendredi 22 mars 2013

JPEG - 63.3 ko
Beaublanc

Dans un communiqué publié sur son site Web, le Limoges CSP a détaillé les sanctions subies suite aux incidents survenus lors de la rencontre Limoges - Gravelines le 19 janvier. La principale sanction à l’encontre du club limougeaud est ainsi un match à huis clos avec sursis...

Le communiqué du CSP dans son intégralité :

Le Limoges CSP a été convoqué le 11 Mars 2013 devant la Commission Juridique et de Discipline de la LNB suite aux évènements ayant émaillé le match Limoges CSP - BCM Gravelines Dunkerque du 19 Janvier 2013.

Étaient reprochés au Club les griefs suivants :

- "Nombreux jets de projectiles sur le terrain pendant et après la rencontre : boulettes de papier, briquets (au niveau de la table de marque)"

- "Les VIP assis au bord du terrain ont insulté les arbitres avec véhémence"

- "Le 3ème arbitre, M. Grégory DUBOIS a reçu des crachats provenant des spectateurs en regagnant les vestiaires"

Le Club a été condamné pour ces faits à un match à huis clos avec sursis.

La sanction assortie du sursis ne sera pas exécutée, à moins qu’une nouvelle infraction ne soit commise dans un délai de 3 ANS à noter de la notification. Dans ce cas, les sanctions pourraient se cumuler.

Le Limoges CSP prend note de cette sanction que la Commission Juridique et de Discipline de la LNB qualifie elle même de sévère dans le corps de la décision notifiée au Club.

Le Limoges CSP, qui était présent devant la Commission Juridique et de Discipline de la LNB, constate donc avoir été écouté par cette dernière sans pour autant avoir été entendu dans sa défense, ses remarques et observations.

Le Limoges CSP regrette notamment que la Commission Juridique et de Discipline de la LNB n’ait pas, dans sa décision, pris en compte le contexte du match et plus particulièrement le facteur ayant déclenché les évènements reprochés.

Il est également regrettable que ladite Commission n’ait pas tenu compte des nombreux dispositifs mis en place par le Club en matière de sécurité, qui font, du Limoges CSP, le Club en pointe dans ce domaine au niveau du Basket Français.

Face à cette sanction exemplaire et sans jamais vouloir stigmatiser ses supporters, le Limoges CSP en appelle à la responsabilisation de chacun.

Nous vous informons que le Club dispose désormais de 10 jours pour former appel de la présente sanction.